Le bambou pour un avenir durable

Le bambou,
pour un avenir durable

Valiha Diffusion est spécialisée dans la plantation de bambous pour la reforestation, la régénération des sols érodés et la production d'énergie à Madagascar et en Afrique Subsaharienne.

Nous PLANTons DU bambou POUR

Hapalemur griseus

protéger les forêts et la biodiversité

Chaque année, environ 2,8 millions d'hectares de forêts disparaissent sur le continent africain en raison de la demande croissante de bois énergie. Cette déforestation massive entraîne des conséquences néfastes pour l'environnement, la biodiversité et le climat.

Le bambou, avec sa croissance rapide, sa capacité de régénération annuelle et sa grande production de biomasse, offre une solution pour réduire la pression sur les ressources forestières tout en favorisant la création d'activités économiques.

Le bambou joue un rôle crucial dans la préservation de la biodiversité. À Madagascar, le lémurien Hapalemur griseus, en voie d'extinction, est surnommé "Bamboo Lemur" car il se nourrit principalement des jeunes pousses de bambou.

Hapalemur griseus

Produire de l' énergie

Selon les variétés, l’emplacement et la gestion de la plantation, le bambou arrive à maturité entre 4 ou 5 ans et produit ensuite entre 15 et 40 tonnes de biomasse sèche par hectare chaque année.

Il faut entre 24h à 48h pour carboniser morceaux de bambou séchés dans un four à briques spécialement conçus.<br />Le taux de carbonisation est compris entre 20 % et 30 % selon les variétés de bambou.

La valeur calorifique du charbon de bambou est d’environ 30,5 MJ/kg. Cela en fait un combustible très efficace pour la cuisine et le chauffage, car il produit une chaleur intense et durable.

Contrairement au charbon de bois, le charbon de bambou n’émet pas de fumée lorsqu’il se consume limitant ainsi les maladies pulmonaires.

contre le rechauffement climatique

Lutter contre le réchauffement climatique

Le bambou constitue un puits de carbone naturel extrêmement efficace, capturant en moyenne de 30 à 35 % de CO2 de plus que les forêts d'arbres et produisant également 30 % d'oxygène en plus.

En fonction des variétés et des zones de plantation, les nouvelles pousses de bambou peuvent absorber entre 96 et 392 tonnes de CO2 par hectare par an.

Une plantation de bambou correctement gérée peut, sur une période de 20 ans, contribuer à la préservation d'environ 20 hectares de forêt primaire, préservant ainsi des écosystèmes naturels importants pour lutter contre le changement climatique.

préservation des sols

restaurer les sols dégradés

Le bambou représente un allié précieux dans la lutte contre la désertification, la restauration des sols érodés et la prévention des glissements de terrain.

Chaque rhizome de bambou peut retenir jusqu'à 6 m³ de terre, ce qui en fait un élément essentiel pour stabiliser les berges des rivières et les pentes abruptes.

De plus, le bambou joue un rôle essentiel dans la préservation des ressources en eau, en améliorant l'infiltration de l'eau dans les nappes phréatiques et en protégeant les zones humides.

developpement economique

développer économiquement

La production et la commercialisation de charbon de bambou représente une opportunité économique pour les communautés rurales.

Cette activité génère des revenus stables et durables, pour tout une chaine d'acteurs allant des agriculteurs en charge des plantations aux vendeurs de charbon en ville.

En tant que matériau de construction, le bambou est à la fois écologique et économique. Les chaumes de bambou traités après leur récolte sont appréciés pour leur résistance et leur flexibilité.

NOTRE ENGAGEMENT​

Les actions menées par notre association contribuent aux​objectifs de développement durable​fixés par les Nations Unies.​

UN ObjectifsUN ObjectifsUN ObjectifsUN ObjectifsUN ObjectifsUN ObjectifsUN ObjectifsUN Objectifs

Avant La production de charbon de bambou, la plus part d’entre nous ne mangeaient que du manioc à chaque repas, aujourd’hui on peut avoir du riz ou du maïs, tout en assurant l’écolage des enfants.​

JOËL RAMANANGASOAVINA (ANTANANIVONY) | MADAGASCAR

NOTRE HISTOIRE​​

L'association Valiha Diffusion a été créée par Quentin Lukacs et Jean-Yves Razafindrakoto.​​

Quentin Lukacs

Le troisième prénom de Quentin est Sylvestre, qui signifie en latin l'ami de la forêt.​​

Après avoir obtenu un Master II de recherche en géographie (DEA Mondes Tropicaux à la Sorbonne) il s’est tourné vers le commerce international.​​

Il a créé et géré pendant 7 ans sa propre société de négoce de plastique entre l'Europe et l'Asie qui lui a permis d’acquérir des connaissances dans le développement de projets internationaux et la gestion d'équipe.​

Souhaitant s'engager pour la préservation de la biodiversité et des forêts primaires, Quentin a décidé de créer l'association Valiha Diffusion.​

Jean-Yves

Surnommé "Monsieur Bambou" à Madagascar, Jean-Yves Razafindrakoto a occupé pendant 12 ans le poste de responsable technique de la filière bambou au sein du programme PROSPERER.​

Ce programme, financé par la FIDA et l'UE en collaboration avec l'INBAR (Organisation internationale du bambou et du rotin), a contribué au développement de plantations et à la production de charbon de bambou à Madagascar.​

Grâce aux nombreux projets qu'il a dirigés dans les différentes écorégions de Madagascar, Jean-Yves a acquis une expertise solide dans la plantation et la transformation du bambou, tout en tissant des liens privilégiés avec les acteurs de cette filière.​

L’origine du nom

Valiha

La Valiha est un instrument de musique traditionnel très populaire à Madagascar. Elle est fabriquée à partir d’un segment de Bambou sur lequel sont posées des cordes et dont les sonorités sont proches de la cithare.

Elle trouve ses origines en Asie du Sud-Est et a été introduit à Madagascar au 1er Millénaire au cours des différentes vagues de migrations qu’a connu la grande l’ile.

La Valiha évoque les paysages luxuriants de l’île et raconte des histoires d’ancêtres, de rois et de la vie quotidienne de la population malgache.

Valiha Diffusa

"Valiha Diffusa" est l'une des 32 espèce de bambou endémique à Madagascar. Elle est utilisée depuis de nombreux siècles dans la médecine traditionnelle pour traiter différents maux.

Réputée pour sa résistance et sa capacité à s'adapter à divers types de sols, cette variété de bambou aux tiges fines peut atteindre une hauteur d'environ 2 mètres, tandis que ses feuilles peuvent mesurer jusqu'à 1 mètre de long.

NOS PARTENAIRES & SOUTIENS

cibartforests4futuregizmeddinbarcmbartadesSolar Impulserestauration-des-ecosystemes
contactez-nous

CONTACTEZ -NOUS

Vous êtes une entreprise, une fondation, un particulier souhaitant contribuer au financement de projets menés à Madagascar et bientôt au Kenya.

Vous représentez une agence de développement ou une organisation non-gouvernementale qui veut développer des plantations de bambou en Afrique.

Notre équipe se fera un plaisir de vous accompagner, merci de nous contacter à l'adresse suivante: contact@valihadiffusion.org